Schlagwort-Archive: France

Des «vigilans Echevins» à la «pharmacovigilance» : la «vigilance sanitaire» dans la langue française du XVIIIe au XXIe siècle

par Sébastien Demichel

(Deutsche Version siehe unten)

Dans un précédent article consacré à l’histoire, à l’étymologie et au sens du terme « vigilance » dans la langue française rédigé pour la série historico-sémantique « Vigipedia », j’avais brièvement évoqué l’emploi récurrent de la vigilance dans le contexte sanitaire actuel. Je ne m’y étais toutefois pas attardé. Le présent propos laisse de côté les aspects de la vigilance déjà traités dans le premier article et se focalise exclusivement sur la vigilance sanitaire. À partir de quelques exemples tirés de mes recherches dans les archives, j’aimerais dans un premier temps démontrer l’historicité de cette notion et, dans un second temps, plus brièvement et à la lumière de la pandémie actuelle, souligner son emploi contemporain.

J’entends par « vigilance sanitaire » une attention soutenue d’individus exercée contre une épidémie potentielle ou déclarée dans un but supra-individuel qu’est la santé publique. Cette définition entre dans le cadre analytique de notre Centre de recherche interdisciplinaire « Cultures de la vigilance » (Vigilanzkulturen) et peut être justifiée au niveau historico-sémantique.

La vigilance sanitaire est liée à l’histoire de la peste qui décime l’Occident au xive siècle et qui inaugure une « ère de la peste » que l’historien Jean-Noël Biraben fait durer jusqu’au milieu du xixe siècle1. En France, la seconde moitié du xviie siècle marque toutefois une rupture dans la mesure où la peste perd son caractère endémique, entravée notamment par le rôle décisif du bureau de la santé de Marseille2. Elle reste néanmoins une menace permanente.

Des «vigilans Echevins» à la «pharmacovigilance» : la «vigilance sanitaire» dans la langue française du XVIIIe au XXIe siècle weiterlesen
  1. Biraben, Jean-Noël, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 1. La peste dans l’histoire, Paris-La Haye, Mouton, 1975, p. 118-129.  []
  2. Hildesheimer, Françoise, Le bureau de la santé de Marseille sous l’Ancien Régime. Le renfermement de la contagion, Marseille, Fédération historique de Provence, 1980. []

Vigilance, vigilant : histoire, étymologie, sens

par Sébastien Demichel

(Deutsche Version siehe unten)

Face à la recrudescence des cas de Covid-19 en France, les appels à la vigilance se sont multipliés. À la fin août 2020, la Dépêche du Midi évoquait déjà la nécessité d’une « vigilance renforcée » face à la multiplication des foyers[1]. Depuis lors, la vigilance a fait place à l’alerte renforcée, puis à l’alerte maximale et enfin à l’urgence sanitaire avec l’instauration d’un couvre-feu au mois d’octobre 2020.

Partant du constat d’un emploi récurrent du terme « vigilance » dans la crise sanitaire que nous vivons, j’aimerais analyser l’évolution sémantique et les connotations du terme dans la langue française. Plus particulièrement, il s’agit d’ouvrir des perspectives linguistiques dans le cadre de la série « Vigipedia » du Centre de recherche interdisciplinaire « Cultures de la vigilance » (« Vigilanzkulturen ») qui compare l’utilisation et la signification du mot dans différentes langues.

1. Histoire et évolution sémantique du terme

Le terme français vigilance dérive du latin vigilantia (du verbe vigilare), au même titre que l’adjectif vigilant ou le verbe veiller. Son emploi n’est pas attesté avant la fin du xive siècle, époque à laquelle il a le sens d’ « insomnie ». Le Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500) relève encore deux autres significations : « veillée » (voir Vocabulaire latin-français de Louis Cruse alias Garbin en 1487) et « attitude vigilante ». Il convient de faire remarquer ici que la racine vigi- est postérieure à la racine veill- que l’on retrouve dans éveiller, surveiller etc. Le Dictionnaire de l’ancienne langue française n’a en effet pas d’entrée propre pour vigilance et vigilant, mais ces deux termes figurent comme synonymes sous les entrées respectives veillance et veillant.

Vigilance, vigilant : histoire, étymologie, sens weiterlesen

The French “Corporate Duty of Vigilance” Law: An Example of Bottom-up Vigilance?

by Eda Güçlü

Rana Plaza commercial building one year before the collapse (2012), Photo: Sean Robertson, Source: Wikimedia Commons

The Rana Plaza, an eight-story commercial building in Dhaka, Bangladesh, which housed shops, a bank, and garment factories, collapsed on the 24th of April 2013. The upper four floors were illegally constructed on an already weak structure that had been initially designed for shops and offices. The garment factories, which employed around 5000 workers, produced clothes for major international brands including Gucci, Prada, Benetton, Versace, Mango, and others. The heavy weight of the machinery and the vibration it generated in these factories overwhelmed the strength of the columns, and it resulted in what trade unions called “mass industrial homicide.” The death toll was 1134, and the number of the injured was around 2500 people. Such an extent of loss and suffering captured international attention on the lack of safety measures in the garment industry in Bangladesh. It also underlined the concerns for the risks created by the complex and unregulated outsourcing models across global supply chains, which exploit cheap labor and insufficient health and environmental regulations in less developed countries.

Side view of the collapsed Rana Plaza building (2013), Photo: Sharat Chowdhury, Source: Wikimedia Commons

The Rana Plaza collapse gave a stimulus and wider legitimacy to political campaigns and global movements that had started earlier advocating an international legal framework to put an end to corporate impunity and make parent companies responsible for the consequences of their subcontractors’ operations along their supply chains. The campaign of several civil society organizations which had begun before the presidential elections in 2012 in France was one of these efforts.1 The French campaign was organized by a coalition of NGOs including Amnesty International France, Sherpa, CCFD-Terre Solidaire, ActionAid France-Peuples Solidaire, Amis de la Terre France, and Collectif Éthique sur l’étiquette. Their struggle came to fruition in 2017 when the French Parliament finally promulgated the “Corporate Duty of Vigilance” law (loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre). Olivier Petitjean, a journalist who wrote a book on the law, considers it “atypical legislation“, because it was initiated by a coalition of NGOs with the support of a group of deputies whose support they secured before the elections. In that sense, it is an example of “citizens’ initiative legislation.”

The French “Corporate Duty of Vigilance” Law: An Example of Bottom-up Vigilance? weiterlesen
  1. For other examples of similar campaigns, see https://lieferkettengesetz.de/; No Courage to Commit: Comments of German non-governmental organisations on the German government’s National Action Plan on Business and Human Rights (Revised version, 6 February 2017): https://germanwatch.org/sites/germanwatch.org/files/publication/17767.pdf; Huib Huyse, Boris Verbrugge, Belgium and the Sustainable Supply Chain Agenda: Leader or Laggard? Review of Human Rights Due Diligence Initiatives in the Netherlands, Germany, France, and EU, and Implications for Policy Work by Belgian Civil Society (KU Leuven HIVA Research Institute for Work and Society, 2018): https://www.business-humanrights.org/en/report-assesses-compares-human-rights-due-diligence-initiatives-in-3-eu-countries-with-belgium%E2%80%99s-agenda-for-sustainable-supply-chains. []

La peste de Marseille et le coronavirus (1720–2020) : deux épidémies, deux expériences

par Sébastien Demichel

(Eine deutsche, leicht abgewandelte Version des Artikels findet sich hier oder hier als Podcast)

Tableau de Michel Serre (1658-1733) représentant l’hôtel de ville de Marseille pendant la peste de 1720, Source: Wikimedia Commons

Depuis le début de l’année 2020, l’apparition d’un nouveau virus met à mal la quasi-totalité du globe et l’intérêt pour l’histoire des épidémies et des pandémies est à son comble. Alors que la lutte sanitaire contre le coronavirus bat son plein, la recherche scientifique et universitaire travaille d’arrache-pied sur les moyens d’endiguer le fléau. À différents niveaux de la société, le virus entraîne une vigilance accrue, marquée par des normes sanitaires très strictes. Une pandémie, terme dont l’étymologie grecque signifie « tout le peuple » (πᾶν = tout, δῆμος = le peuple) comporte effectivement une dimension transnationale. Dans les 100 dernières années, la grippe espagnole de 1918, le SIDA ou encore le COVID-19 en constituent des exemples marquants.

Dans ce propos, j’aimerais m’intéresser de manière plus particulière à la peste – une des maladies mortelles les plus répandues dans le monde jusqu’au xxe siècle. Dans cette optique, je prendrai l’exemple de la peste de Provence de 1720–1722, épidémie durant laquelle les autorités ont décrété certaines mesures qui ont une forte résonance actuelle. Il s’agira donc de faire le point sur l’état de la recherche sur la peste de Provence, d’en étudier les origines et dans un dernier temps de mettre en exergue certains parallèles et certaines différences avec la pandémie de Coronavirus. La vigilance face à un fléau épidémique a en effet traversé les siècles.

La peste de Marseille et le coronavirus (1720–2020) : deux épidémies, deux expériences weiterlesen