La peste de Marseille et le coronavirus (1720–2020) : deux épidémies, deux expériences

par Sébastien Demichel

(Eine deutsche, leicht abgewandelte Version des Artikels findet sich hier oder hier als Podcast)

Tableau de Michel Serre (1658-1733) représentant l’hôtel de ville de Marseille pendant la peste de 1720, Source: Wikimedia Commons

Depuis le début de l’année 2020, l’apparition d’un nouveau virus met à mal la quasi-totalité du globe et l’intérêt pour l’histoire des épidémies et des pandémies est à son comble. Alors que la lutte sanitaire contre le coronavirus bat son plein, la recherche scientifique et universitaire travaille d’arrache-pied sur les moyens d’endiguer le fléau. À différents niveaux de la société, le virus entraîne une vigilance accrue, marquée par des normes sanitaires très strictes. Une pandémie, terme dont l’étymologie grecque signifie « tout le peuple » (πᾶν = tout, δῆμος = le peuple) comporte effectivement une dimension transnationale. Dans les 100 dernières années, la grippe espagnole de 1918, le SIDA ou encore le COVID-19 en constituent des exemples marquants.

Dans ce propos, j’aimerais m’intéresser de manière plus particulière à la peste – une des maladies mortelles les plus répandues dans le monde jusqu’au xxe siècle. Dans cette optique, je prendrai l’exemple de la peste de Provence de 1720–1722, épidémie durant laquelle les autorités ont décrété certaines mesures qui ont une forte résonance actuelle. Il s’agira donc de faire le point sur l’état de la recherche sur la peste de Provence, d’en étudier les origines et dans un dernier temps de mettre en exergue certains parallèles et certaines différences avec la pandémie de Coronavirus. La vigilance face à un fléau épidémique a en effet traversé les siècles.

L’histoire globale de la peste a été ponctuée par trois grandes pandémies : la peste dite « justinienne » (en référence à l’empereur byzantin Justinien) a frappé le pourtour méditerranéen (l’ensemble du monde connu à l’époque) entre le vie et le viiie siècle de notre ère causant autour de 30 millions de morts. La deuxième pandémie est la célèbre peste noire du Moyen Âge qui a tué entre 25 et 40 millions de personnes au milieu du xive siècle. Enfin la troisième pandémie est partie de Chine à la fin du xixe siècle et a duré jusqu’en 1945. Elle a tué 12 millions de personnes en Inde, mais son impact en Europe a été relativement faible.

La peste noire du xive siècle inaugure une période de près de 400 ans où la présence de la peste en Europe est pratiquement constante. Entre 1347 et 1536, des poussées de peste ont lieu en moyenne tous les 11–12 ans, puis entre 1536 et 1670 tous les 15 ans. La peste est alors dite « endémique » : elle demeure à bas bruit dans la population, frappant de temps en temps, jusqu’à ce qu’une résurgence entraîne une épidémie. Après 1670, la peste disparaît du territoire français pendant 50 ans avant de ressurgir brusquement et de façon inattendue à Marseille, puis dans le reste de la Provence entre 1720 et 1722. On considère cette épidémie comme la dernière épidémie de peste d’importance que l’Europe ait connu.

Source : https://archive.org/details/lapestede1720m00gaffuoft/page/n5/mode/2up

En cette année du tricentenaire de la peste de Marseille, les travaux inédits en cours sur le sujet, les expositions et autres discussions scientifiques ont été ralentis, ironie du sort, par un fléau pandémique. L’année 2020 marque à tous les égards une césure importante ; la recherche sur l’histoire des épidémies et pandémies est complètement relancée. La première grande étude historique sur la peste de Provence remonte à 1911, avec l’œuvre de Paul Gaffarel et du Marquis de Duranty intitulée La peste de 1720 à Marseille et en France d’après des documents inédits, mais il faut attendre la deuxième moitié du xxe siècle pour voir se développer la recherche sur la thématique. En 1968 paraît le désormais classique Marseille ville morte, la peste de 1720 signé Carrière, Courdurié et Rebuffat, qui a fait l’objet de plusieurs rééditions. À partir de 1980, la recherche se consacre davantage à l’échelle locale avec en particulier des travaux sur le bureau de la santé de Marseille (Françoise Hildesheimer), des études de cas de peste dans des petites bourgades (Gilbert Buti) ou encore des réflexions sur la mort et ses narrations en Provence (Régis Bertrand).

Comment la peste est-elle parvenue en Provence ?

Pour les historiens, la vraie cause est l’arrivée à Marseille du navire le Grand Saint-Antoine le 25 mai 1720 en provenance de Syrie. Malgré huit décès suspects à bord pendant son trajet, à savoir sept matelots et le chirurgien de bord morts de maladie (la peste n’est pas encore envisagée), le capitaine Chataud reçoit l’autorisation de débarquer sa cargaison dans le lazaret de Marseille. Il s’agit là d’un non-respect des normes sanitaires de l’époque. Ces dernières imposent aux navires dont l’équipage a été touché par des morts suspectes de faire quarantaine sur l’île de Jarre, plus éloignée du port. La peste se déclare alors dans le lazaret, puis se répand dans Marseille probablement par l’intermédiaire des puces qui se trouvent dans les vêtements. Après une phase de déni, les autorités doivent finalement mettre Marseille en quarantaine. Mais c’est trop tard : en août-septembre 1720, la peste tue près de 1 000 personnes par jour à Marseille.

Parallèlement, elle se répand dans le reste de la Provence où elle sévit durant les mois suivants. Si la situation à Marseille se rétablit dès novembre 1720, la Provence et le Languedoc sont frappés par la contagion en 1721. L’année 1722 marque la fin de la peste de Provence, malgré une rechute à Marseille beaucoup moins meurtrière toutefois que la première vague.

Habit d’un médecin du lazaret de Marseille en 1720. Source: Wikimedia Commons

La question de l’origine des épidémies n’est pas tranchée et suscite de nombreux débats scientifiques aujourd’hui encore. Dans le cas de la peste de Marseille, une quinzaine de spécialistes (archéologues, microbiologistes, épidémiologistes) dont Kirsten Bos ont remis en question sa provenance syrienne dans un article paru en 2016. Se basant sur un séquençage de l’ADN du bacille de la peste trouvé dans les dents de cinq individus morts durant l’épidémie marseillaise, leur étude suggère un foyer de peste actif en Europe depuis la peste noire du Moyen Âge. Ce bacille a probablement été abrité par des rongeurs européens. Cette découverte exclut-elle totalement la provenance syrienne et donc le rôle du Grand Saint-Antoine ? Faut-il y voir au contraire une combinaison d’un bacille venu d’Asie et d’un foyer européen ? Ces questions encore ouvertes pour la peste se posent déjà pour le Coronavirus. Son origine chinoise et sa propagation au reste du monde alimentent particulièrement les débats scientifiques.

Comment établir une comparaison entre ces pandémies de peste historiques et la pandémie de coronavirus qui nous touche en cette année 2020 ? Bien sûr, force est de constater de grandes différences dans les moyens de lutte face à la maladie. Le xviiie siècle ignorait les virus et les bactéries et s’appuyait sur la théorie des miasmes. Le recours à la saignée était d’usage. Enfin, la létalité était bien plus élevée.

Néanmoins, il faut aussi relever un certain nombre de similitudes comme le recours aux quarantaines. Nous sortons aujourd’hui d’une période de confinement sur laquelle des premiers bilans commencent à être dressés. En Provence il y a 300 ans, les habitants connaissent également une forme de confinement. En août 1720, les villes de Provence se ferment et des gardes en contrôlent les entrées et les sorties. Un certain Jean-François Bouyon, notaire de la Valette (bourgade proche de Toulon), déplore le recours nécessaire à la quarantaine : « On aurait cru éviter ce désastre dans la croyance que le Seigneur ne porterait pas sa colère plus loin et qu’il l’apaiserait en écoutant les prières des sages personnes du lieu » (Buti, 1997). Ainsi, malgré les considérations profanes sur l’origine de la contagion, la conception antique de la peste comme punition divine est encore très répandue au début du xviiie siècle. De plus, il faut se munir de « billets de santé » pour pouvoir circuler (les attestations en vigueur en France pendant le confinement les rappellent). Des cordons sanitaires isolent des villes et des régions. En octobre 1720, un « mur de la peste » est même édifié de Bonpas à Sisteron, doublé ensuite par une ligne entre Saint-Didier et Carpentras. À l’époque, le non-respect de ces lignes sanitaires était sévèrement réprimé. Les gardes avaient l’autorisation de tirer à vue sur quiconque tentait de les franchir. Les peines pécuniaires en usage aujourd’hui sont bien plus clémentes.

De nos jours, nous débattons sur le virus au moment même où il fait rage alors qu’au xviiie siècle le pic épidémique correspondait souvent à un « silence obligé » des contemporains pour reprendre l’expression de Françoise Hildesheimer. Mais en 1721, lorsque Marseille est libérée de la contagion et que son fonctionnement est rétabli, une abondance de traités de peste paraît. Comme aujourd’hui, l’expérience d’une épidémie pousse les contemporains à écrire sur le sujet, ce qui entraîne la production d’une masse documentaire importante.

Ouvrages de référence

  • Audoin-Rouzeau, Frédérique : Les chemins de la peste : le rat, la puce et l’homme. Rennes 2003. 
  • Biraben, Jean-Noël : Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens. Vol. 1 : La peste dans l’histoire. Paris-La Haye 1975. 
  • Buti, Gilbert : La peste à La Valette en 1721 : livre jaune et grand témoin. In : Provence historique  47, 189 (1997), p. 513–534.
  • Carriere, Charles/Courdurie, Marcel/Rebuffat, Ferréol : Marseille ville morte, la peste de 1720. Gémenos 2008 [rééd. de 1968]. 
  • Hildesheimer, Françoise : Le bureau de la santé de Marseille sous l’Ancien Régime. Le renfermement de la contagion. Marseille 1980. 
  • Hildesheimer, Françoise : La terreur et la pitié : l’Ancien régime à l’épreuve de la peste. Paris 1990.

Liens internet intéressants sur la peste

Cite this article as: Sébastien Demichel, La peste de Marseille et le coronavirus (1720–2020) : deux épidémies, deux expériences, in: Vigilanzkulturen, 12/06/2020, https://vigilanz.hypotheses.org/293.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.